Sommaire

Biographie

CHARLES JOGUET - PEINTRE

Né à Sazilly (Indre-et-Loire), Charles JOGUET commence ses études d’art plastique à Paris en 1948. Il a alors dix-sept ans et, jusqu’en 1951, fréquente, entre autres écoles, l’école Arts et Publicité où il devient l’élève du peintre Roland Bourigeaud qui, jusqu’à son décès en 2007, demeurera son maître et son ami.

Après sa première exposition en 1956 au Salon des Indépendants, Charles est rappelé dans sa Touraine natale par des impératifs familiaux. Il reprend le vignoble parental et, jusqu’en 1997, concilie peinture et viticulture. Il y réussit si bien que, de 1956 à aujourd’hui, il ne cessera d’exposer. Il prendra même le temps, entre 1959 et 1961, de signer des décors pour les Emissions de la Jeunesse de l’O.R.T.F., pour les films de marionnettes Betty et Betta de son ami Raymond Charriaud et de composer des plaques « simplifilm » pour le film de Jean Prat, Flore et Blancheflore.

De 1956 à 1962, les salons des Indépendants, Surindépendants et d’Automne accueilleront ses toiles dont l’une (exposée aux Surindépendants) sera acquise en 1975 par le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

Entre 1965 et 1976, on lui propose diverses expositions personnelles, tant en France (Paris, Tours, Poitiers, Angers) qu’à l’étranger. Ainsi, à New York, sur Madison Avenue, il expose en 1968 des aquarelles figuratives qu’il exposera à nouveau en 1971 à Pietrasanta (Italie). Il profite de ses séjours en Italie pour prendre des cours de sculpture (marbre et bronze) à Carrare (de 1970 à 1972). Il en rapportera des pièces uniques qui seront exposées entre 1972 et 1977 au Salon de Mai à Paris.

A partir de 1976 et jusqu’à aujourd’hui, avec quelques années d’interruption, charles Joguet expose au Salon des Réalités Nouvelles. En 2003, sa toile accrochée au salon Grands et Jeunes d’Aujourd’hui est sélectionnée pour l’exposition Automne/hiver au Luxembourg.

En 2007, du 4 au 15 janvier, la mairie de Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), lui ouvre les portes de son pavillon Charles X où il accroche peintures et collages récents. De même, à Amboise, se tient, du 2 février au 19 avril 2008 une exposition « formes et lumière » où se côtoient collages, dessins et sculptures.

L’univers de Charles Joguet est fait de liberté et d’exigence. Il y a un poète en lui qui vibre à des textes glanés au hasard de ses lectures :

« Plumage d’ailes Auquel l’âme Doit sa liberté. »

« Essayer d’atteindre un état de flottaison où le temps n’a pas de prise. »

Il y a également en lui un chercheur impatient :

« Je ne sais encore pas ce que je vais faire, dit-il… Sans doute chercher l’insouciance, mais le délire n’est pas toujours fécond et n’engage pas forcément la création. »

qui aime manier l’humour :

« Avant, en essayant souvent d’être le meilleur peintre de tous les vignerons, j’ai même failli être le meilleur vigneron de tous les peintres… »

Cinq idées majeures accompagnent son itinéraire d’homme et de peintre :

- « Peindre, c’est médiatiser son vécu et son anté-vécu. »

- « Jouer avec les hasards, les surprises et les erreurs aussi. » (Véronique Wirbel)

- « Trouver d’abord, chercher ensuite. » (Picasso)

- « Pouvoir jouer à la marelle dans les cases de l’imaginaire. » (le peintre Corneille)

- « Il n’y a pas de chemin vers le bonheur. Mais le bonheur est ce chemin. »